Souriez, vous êtes évalués ! Le stagiaire, un malade imaginaire (acte III)

Comédie en 3 actes

Acte III : Purgation

Petit résumé des scènes précédentes : Notre stagiaire de l’éducation nationale après avoir été diagnostiqué(e) en grande difficulté, après avoir été saigné(e), purgé(e) comme il se doit, par tutrice Purgon, formatrice Purgon, inspectrice Purgon et CDE Purgon, devant toutes leurs observations et injonctions absurdes se retrouve en fin d’année bien malade. Pour ne pas perdre le peu de bon sens qui lui reste, il/elle refuse donc le dernier lavement prescrit par sa tutrice.

Tutrice Purgon, CDE Purgon, Inspectrice Purgon, formatrice Purgon, stagiaire.

Tutrice PURGON.- Je viens d’apprendre de jolies nouvelles. Qu’on se moque ici de mes ordonnances, et qu’on a fait refus de prendre le lavement que j’avais prescrit.

Stagiaire.- C’est que je ne comprends pas trop son utilité …

CDE PURGON.- Voilà une hardiesse bien grande, une étrange rébellion d’un stagiaire contre sa tutrice.

Tutrice PURGON.- Un clystère que j’avais pris plaisir à composer moi-même.

Stagiaire- Si vous pouviez juste m’expliquer…

Formatrice PURGON.- Inventé, et formé dans toutes les règles de l’art.

Inspectrice PURGON.- Et qui devait faire dans votre cerveau un effet merveilleux.

Tutrice PURGON.- Le refuser avec mépris !

CDE PURGON.- C’est une action exorbitante.

Inspectrice PURGON.- Un attentat énorme contre le rectorat et toute l’Institution.

Formatrice PURGON.- Un crime de lèse-Espé, qui ne se peut assez punir.

Tutrice PURGON.- Je vous déclare que je ne viendrai plus vous observer…

Formatrice PURGON.- Que je ne veux plus vous voir au sein de la formation…

Inspectrice PURGON.- Et que pour finir toute liaison avec vous, voilà les rapports négatifs que nous faisons sur votre compte.

Tutrice PURGON.- Mépriser mon clystère ?

Stagiaire.- Faites-le venir, je m’en vais le prendre.

Tutrice PURGON.- Je vous aurais tiré d’affaire avant qu’il fût peu.

CDE Purgon.- Il ne le mérite pas.

Inspectrice PURGON.- Il allait nettoyer votre esprit, et en évacuer entièrement les mauvaises habitudes.

Formatrice PURGON.- Et nous ne voulions plus qu’une douzaine de visites, pour laver le fond de votre cerveau.

CDE Purgon.- Il est indigne de vos soins.

Tutrice PURGON.- Mais puisque vous n’avez pas voulu guérir par mes mains…

Inspectrice PURGON.- Puisque vous vous êtes soustrait de l’obéissance que l’on doit au corps rectoral…

CDE Purgon.- Cela crie vengeance.

Formatrice PURGON.- Puisque vous vous êtes déclaré rebelle aux conseils que l’on vous donnait.

Stagiaire.- Hé point du tout.

Tutrice PURGON.- J’ai à vous dire que je vous laisse sans observation…

Inspectrice Purgon : à l’état déplorable de votre esprit…

Formatrice Purgon : aux mauvaises habitudes que vous avez prises.

CDE Purgon.- C’est fort bien fait.

Stagiaire.- Mon Dieu !

Tutrice PURGON.- Et je veux qu’avant la fin de l’année, vous deveniez dans un état incurable.

Stagiaire.- Ah ! miséricorde.

CDE PURGON.- Que vous tombiez dans l’aporie

Stagiaire.- CDE Purgon…

Formatrice PURGON.- De l’aporie à l’agnosie

Stagiaire.- Formatrice Purgon…

Inspectrice Purgon. – De l’agnosie à l’apraxie

Stagiaire.- Inspectrice Purgon…

Tutrice PURGON.- de l’apraxie à l’aphasie.

Stagiaire.- Tutrice Purgon…

En chœur tous les PURGONS.- Et de l’aphasie à la privation de tous vos moyens, jusqu’au licenciement où vous aura conduit votre comportement.

Vous l’aurez compris, il faut avaler jusqu’au bout tous les conseils aussi absurdes qu’abscons jusqu’à l’écœurement, si vous ne voulez pas voir se déchaîner contre vous les Purgons de l’éducation.

Mais pour ne pas désespérer les stagiaires et pour rester dans la comédie, voici une variante avec un stagiaire obéissant ou très résistant aux différents traitements et son dénouement heureux.

Acte 3 (variante) : Régurgitation

Ou selon la définition proposée par le Trésor de la Langue française : Retour du bol alimentaire de l’estomac dans la bouche, qui constitue une phase normale de la digestion chez les ruminants.

Tutrice Purgon.- mon stagiaire, vous avez pris tous mes clystères et adopté la bonne posture. Aussi, je suis bien aise de vous voir bientôt titulaire.

CDE Purgon.- Cela est vrai. Vous avez accepté tous nos traitements et nos lavements.

Stagiaire.- Est-ce que je suis assez compétent et n’ai-je pas encore quelques difficultés ?

Formatrice Purgon.- Quelques difficultés, mais grâce à notre formation, vous êtes assez savant et il y en a beaucoup parmi les titulaires, qui ne sont pas plus habiles que vous.

Stagiaire.- Je sais assez la discipline et comment l’enseigner ?

Tutrice Purgon.- En ayant la posture et la terminologie adéquates, vous apprendrez tout cela, et vous serez après plus habile que vous ne voudrez.

Stagiaire.- Quoi ? L’on sait discourir sur n’importe quoi quand on a cette formation et cette posture-là ?

Inspectrice Purgon.- Oui. L’on n’a qu’à parler ; et tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison.

Chœur de Purgons. – Vivat novus doctus, dictum ac factum, qui bene fecit scriptura reflexiva ac bene cogniciat terminologia fumosa qui n’habet nihilum secretum pro ipsum. – Vivat, vivat, vivat, vivat, cent fois vivat Novus titularius, qui tam bene ecoutat toti nos fumisteri atque avalat totas les couleuvras ac les lavementi acceptat !

Allez stagiaire, encore quelques petits lavements si vous voulez devenir titulaire !

Nota Bene : ne voyez aucune ironie ni double énonciation dans les discours de nos Purgons (même s’ils s’entendent tous très bien à manier le double langage).

Souriez, vous êtes évalués ! Le stagiaire, un malade imaginaire (acte II)

Comédie en 3 actes

  • Acte II : Péroraison
  • Une fois que les Purgons de l’éducation ont décrété que le stagiaire était malade, le diagnostic est vite fait. De toute façon, les docteurs ès éducation ont une maladie prête à l’emploi : gestion de classe. Et ce qu’il y a de bien avec cette maladie c’est qu’elle est très extensible, c’est le mot fourre-tout par excellence, elle peut faire plein de métastases et devenir ainsi très vite incurable. Mais ne vous inquiétez pas, même s’ils n’arrivent pas à vous guérir, les Purgons de l’éducation vont bien vous soigner.

Stagiaire, tutrice Purgon, formatrice Purgon, inspectrice Purgon, CDE Purgon.

Inspectrice Purgon.- Alors de quoi êtes-vous malade ?

Stagiaire.- Je ne saurai vous dire, c’est que je ne souffre pas vraiment.

Formatrice Purgon.- Vous n’êtes qu’un ignorant, vous souffrez de gestion de classe.

Stagiaire.- De gestion de classe ?

Tutrice Purgon.- Oui. Etes-vous parfois obligé d’élever la voix ?

Stagiaire.- Parfois, oui, surtout le vendredi de 16h à 17h, les élèves peuvent montrer des signes de fatigue et être plus agités.

Tutrice Purgon.- C’est un manque de confiance indéniable. Gestion de classe.

Stagiaire.- Mais ils savent aussi se montrer attentifs et travailler en silence.

Inspectrice Purgon.- Justement c’est qu’ils s’ennuient et qu’ils ne travaillent pas assez en groupe. Gestion de classe.

Stagiaire.- Mais je les ai fait travailler en groupe.

CDE Purgon.- Est-ce qu’ils bavardaient ?

Stagiaire. – Ils ne bavardaient pas, ils discutaient entre eux.

Tutrice Purgon. – C’est la même chose. Cela devait être trop bruyant. Gestion de classe.

Stagiaire.- Mais ils ont réussi à produire une nouvelle fantastique très bien écrite. Et l’activité leur a plu.

Formatrice Purgon.- Ils ne sont pas là pour se faire plaisir. Gestion de classe. Est-ce que les classeurs sont bien tenus ?

Stagiaire.- Certains classeurs oui, d’autres non.

Inspectrice Purgon.- Ils doivent tous être parfaitement tenus. Gestion de classe. Et vos élèves participent-ils ?

Stagiaire.- Oui, Madame.

CDE Purgon.- Mais vous n’interrogez pas tous les élèves. Gestion de classe. Est-ce que vous écrivez au tableau ?

Stagiaire.- Oui, Madame.

Tutrice Purgon.- Mais vous écrivez trop ou pas assez. Gestion de classe. Est-ce que vous prévoyez des aides pour les élèves en difficulté ?

Stagiaire.- Oui, Madame.

Formatrice Purgon.- Mais toutes ces aides retardent leur mise en activité. Gestion de classe. Est-ce que vos élèves vous posent des questions ?

Stagiaire.- Oui, Madame.

Formatrice Purgon.- Il s’agit là d’une stratégie dilatoire, il ne faut pas trop expliquer. Gestion de classe.

Tutrice Purgon. – C’est qu’ils n’ont pas bien compris, vous ne donnez pas des objectifs assez clairs. Gestion de classe.

CDE Purgon. – C’est que vous n’affirmez pas suffisamment votre autorité. Gestion de classe.

Inspectrice Purgon. – C’est qu’ils ne vous font pas confiance. Gestion de classe.

Tous les Purgons en chœur. – Gestion de classe, gestion de classe, vous dis-je.

Tutrice Purgon.- Comment diantre faites-vous avec ces deux jambes-là ?

Stagiaire.- Comment ?

Tutrice purgon.- Je m’en ferais greffer deux autres, si j’étais vous. Cela vous permettrait d’adopter la bonne posture et de mieux circuler dans les rangs.

CDE Purgon. – Vous avez là aussi deux yeux qui ne fonctionnent pas bien. Je m’en ferais greffer deux nouvelles paires, l’une sur le visage et l’autre derrière la tête, si j’étais à votre place.

Stagiaire.- Greffer deux paires d’yeux ?

CDE Purgon.- Ne voyez-vous pas qu’ils vous permettraient de surveiller vos élèves pendant que vous écrivez au tableau, d’appréhender d’un seul regard les quatre rangées et de tous les interroger lorsque vous leur faites face ?

Stagiaire.- Cela n’est pas pressé.

Formatrice Purgon.- Que faites-vous de ce cerveau ?

Stagiaire.- Je m’en sers, entre autres, pour penser et préparer mes séquences.

Formatrice Purgon. – Ignorant. Vous n’êtes pas là pour penser mais pour appliquer les conseils que l’on vous donne.

Inspectrice Purgon. –  Ce cerveau-là ne me semble pas sain. Nous allons le curer de fond en comble, enlever toutes les saletés qui vous encombrent l’esprit et mettre à la place tous les savoirs dont vous avez besoin.

Stagiaire.- Me greffer deux jambes, deux paires d’yeux, et me faire lobotomiser pour être titularisé ? Je préfère rester comme je suis. La belle opération, de me faire ressembler à un poulpe araignée décervelé.